Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2007 3 11 /07 /juillet /2007 01:04
(CAP)*                               prononcer « capétoile »

Classes ouvertes 2006-07                 lundi 25 juin 2007
http://capetoile.over-blog.com/

Modérateurs

François Duconseille prise de notes Olivier Renouf

Participants

Françoise Retel, Sophie Cohen, Marie-Hélène Gripkoven, Morgane Lombard, Aurélie Miermont, Nil Dinç, Dominique Aru, Isabelle Rèbre, Olivier Renouf, Isabelle Rébre, Bernard Bloch, Laure Pierredon, Chloé Houbart, Raphaëlle Gitlis 

Le laboratoire du « bien commun ? »

En préambule…

Nous parlons de la séance précédente et la revisitons rapidement pour les absents. Plusieurs personnes ont trouvé que le jeu de la voix-off permet une distance entre ceux,  qui sont dans le corps et ceux qui portent la parole. Donc l'envie d'aller plus loin aussi par improvisation avec tous les jeux possibles.
Isabelle trouvait plus intéressant quand le contact se faisait en un point afin de se confronter plus à l'étrangeté du contact, plutôt que d'être dans un contact trop "danse".
Sophie à la sensation que la séance s'est arrêtée parce que c'était l'heure, mais que nous étions au début de quelque chose.
Morgane trouve qu'il y a un  rapport à la fuite dans les différentes ébauches que nous avons fait les dernières classes qui correspond à une certaine fuite aussi dans le texte.
L'approche aussi c'est fait progressivement cellule/écran/dos à dos .
Marie-Hélène a remarqué la détente et l’apaisement des visages lors des contacts.

François commence la séance du jour, il précise qu'il est plasticien et qu'il travaille plutôt avec les yeux qu'avec le corps.
Il reprend un exercice proposé par Marie-Hélène lors des séances de cet hiver: écrire à partir d'un portrait anonyme.
François dispose des portraits par terre, ils ont tous la particularité de s'appeler Steven (prélèvement, d’une série de Steven sur google image)
Il demande d’écrire un hommage à la personne choisie.
Après l'écriture, nous lisons la note 9 : « La liturgie. les ïambes et les tronchées. La main de fonte ».

Ensuite François présente le dispositif avec
- supplicié
- poète
- bienfaiteur
- manipulateur


D'abord le poète fait l'éloge d'un Steven à l'aide d'un mégaphone rudimentaire

Une caméra prend le gros plan d'un visage ( le bienfaiteur) qui est projeté sur l'écran
Derrière l'écran une personne représentant le supplicié apparaît en ombre chinoise.
 
Plus loin, un rétroprojecteur sur lequel un manipulateur intervient avec pâtes, semoule, spaghettis... , provoquant des jeux de matières sur la toile en interaction avec la présence du supplicié, et l’image projetée en gros plan du visage du bienfaiteur

Après la lecture la sentence peut s'exercer ...
ils s'ensuit un double, triple, quadruple jeu de superpositions entre le visage la silhouette du supplicié, les matières . Et l'inversion des rôles.

Il faut un temps pour que chacun comprenne comment fonctionne l'ensemble mais le résultat est troublant. François insiste sur la mise en tension qu'il doit y avoir par matière et écran interposé.

Les potentialités de l’espace ne sont qu’effleurées, l'idéal étant de circuler comme si nous participions tous à l'action qui est en train de se faire, sans s’attribuer de place prédéterminée.
 




















Malheureusement nous n'avons pas le temps de tous passer, et nous nous séparons pour la période "dites" estivale.

Rendez vous donc en septembre, bon été.

Les prochains lundis

Les classes ouvertes reprendront après l’été et s’appelleront « Ateliers Nous autres »
La reprise aura lieu le lundi 3 septembre, présentation du projet de l’année et assemblée générale de l’association. Les rendez-vous suivants seront les 10 et 17


Le laboratoire du “ bien commun ? ” est un temps d’expérimentations conçu comme un jeu collectif.
L’expérience de chacun est proposée au groupe, premier public, premier critique ; elle se construit pour et par ces premiers regards, ces premières paroles. La succession des rencontres constitue une communauté de création existant aussi bien dans les actions singulières de chacun de ses membres, que dans la mise en œuvre de/d’un projet(s) commun(s). La seule règle  étant : “ Expérimenter avant de dire ”. C’est à partir de ce qui se met en jeu que se construit la rencontre et s’élaborent les projets.

Depuis le 21 mai 2007, cependant, la règle du jeu s’est quelque peu enrichie. Désormais, le groupe travaille à partir d’un matériau commun : Nous autres, un roman d’Eugène Zamiatine. Il ne s’agit ni de mettre en scène ni d’adapter ce roman, mais de s’en inspirer très librement pour écrire ensemble une manifestation publique dont nous ne connaissons encore ni la forme ni les disciplines artistiques qu’elle mettra en jeu, mais dont nous savons qu’elle se donnera au cours du printemps 2008. 

Concrètement, chaque lundi sous le regard et l’écoute de deux des membres fondateurs de (CAP)*, puis, dès la rentrée, d’un membre fondateur associé à un membre du “ premier cercle ” chacun des participants de la séance vient proposer un “ acte ” aux autres participants, qui eux-mêmes peuvent (ou non) rebondir sur la proposition.  L’acte s’empare indifféremment de tous les supports possibles (texte, images, corps, sons, espaces…), sa validité réside dans ce qui le constitue comme fragment potentiel de l’écriture d’un projet commun désormais inspiré par Nous Autres. Les actions menées dans le laboratoire sont systématiquement captées sur un support audiovisuel ou textuel. Une mémoire de l’atelier se constitue, permettant le travail d’analyse et de critique, puis l’élaboration progressive du projet final.

Les classes ouvertes sont ouvertes à qui veut. Il suffit d’avoir seize ans révolus, d’adhérer à l’association des Amis de (CAP)*(15 € par an) et de s’acquitter d’une participation de 3 € par séances. Les séances ont lieu dans la salle Lissenko des Studios Albatros, 52 rue du Sergent Bobillot à Montreuil (Métro Croix de Chavaux) et durent 3h : de 20h00 à 23h00.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Duconseille - dans CLASSES OUVERTES
commenter cet article

commentaires