Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 10:57
(CAP)*                   prononcer « capétoile »

Classes ouvertes 2006-07                  lundi 19 mars 2007
http://capetoile.over-blog.com

Modérateurs


Isabelle Rèbre, Olivier Renouf

Participants

Thierry Gary, Antoine De la Morinerie, Chloé Houbart, Marie Hélène Gripekoven, Françoise Retel, Sophie Cohen, Dominique Aru, Philippe Lanton, Dominique Aru, Anne Brissier, Laure Pierredon

Le laboratoire du « bien commun ? »

Nous faisons un retour sur le compte-rendu de la dernière classe qui a posé quelques problèmes, et incompréhensions, Marie-Hélène  revient sur ce qu'elle a voulu exprimer sur l'exercice de Philippe (séance du 5) ou il lui semblait qu'on faisait un exercice en voulant apporter la preuve que l'inconscient collectif fonctionne et parle d'un effet de coïncidence où l'on veut se persuader qu'il y a une réalité.
Antoine dit qu'il ne s'agit pas de vouloir prouver quelque chose… Il en ressort que c'est ni plus ni moins un exercice, ou il ne s'agit pas de prouver, quoi que se soit
C'est un travail d'écoute dit Dominique donc il en  ressort forcément quelque chose. C'est plutôt une exploration un réel élargi. Chloé parle aussi de la communication non-verbale ou forcément le sens passe sans mots. Philippe rappelle qu'il a refait cet exercice ce week-end à Lyon, ses résultats sont étonnants, car il provoque toujours quelque chose d’assez fort et troublant.
 
On évoque la séance du 12 avec l'exercice du regard yeux dans les yeux qui a duré longtemps, plaisant pour certains, (le trouble  du regard provoque la déformation  le visage à la manière d’un portrait de Bacon ou Matisse avec des accentuations, des lignes de forces picturales, pour Isabelle Mathilde était devenue un Matisse)

Dominique  aurait aimé poursuivre et pense qu'il est important de trouver la transition entre le passage du corps à la suite, et ne pas sauter à autre chose, mais trouver l’articulation 
Sophie pense aussi qu'il faut s'autoriser à pousser plus loin un propos

Isabelle demande quelles sont les propositions pour la séance :

Philippe propose de lire plus tard un texte que l'on travaillera le 2 avril

Chloé a une proposition  autour de photos des premiers découvreurs pour une prochaine séance.

Anne parle de Vanderkeuken qui a réalisé un film sur la prise de photographie dans un quartier d'Amsterdam

Isabelle  propose de visionner la première scène  de Sarabande où il s’agit d’une plongée sur une table pleines de photos l’actrice vient s’assoit et commente plusieurs photos, sauf une qu’elle ne montre pas.

L’idée est de travailler sur cette «  présence  de l’absence » qu’est une photo.

Discussion autour de la photographie : La photo est toujours un moment passé, l’importance de travailler non pas avec des photos virtuelles (écran), mais des vraies photos (papier)

Anne  pose la question « qu'est ce qui fait qu'on reconnaît quelqu'un ? » et est-ce que c’est vraiment la personne que l’on connaît qui est là devant, couché sur le papier  ‡discussion autour des différentes perceptions.

Chloé évoque  les connections neuronales et évoque «  l'homme qui prenait sa femme pour un chapeau » de Sachs

Françoise raconte qu’à la demande de ses enfants, elle a écrit ses souvenirs de guerre
Elle se souvient de tous ses camarades de classe sauf celui d’une amie juive déportée et que  cette absence de nom l’a bouleversée  c’est comme si « je  participais à l’anéantissement » Du coup elle cherche à retrouver son nom, contacte un homme du village où elle était à l’école et retrouve le nom de sa copine de classe  Esther Messer dite « Madeleine » .
Nous sommes tous très touchés de cette histoire et du chemin pour retrouver la trace de son amie. Dominique fait remarquer que c’est  par l’oubli que Françoise a fait la démarche.
Françoise poursuit, elle est allée au Mémorial « je suis montée au 4 étage et l’on m’a montré sa photo, elle devait avoir quelque année de plus, je ne l’ai pas reconnue »… « C’est mon histoire de cette année »

Quelques échanges autour des différents rapports aux photos :
Laure qui en jette parfois
Chloé remarque que ses albums qu’elle a fait il y a 20 ans qui pouvaient sembler un peu kitch, correspondent aux moments forts de sa jeunesse.
Dominique « est –ce qu’un portrait parle moins qu’une photo ? pas sûr »
Françoise  raconte qu’elle a fait  cadeau pour ses petits-enfants d’un album de famille mais que sous la photo de sa mère, elle n’arrive pas à mettre de nom. C’est l’inverse du processus qu’elle a effectué pour « Madeleine ».
Olivier lit un article de Gilles Dal  pour qui «  grâce au support numérique, nos descendants disposeront d’images parfaites de leurs ancêtres, qui resteront présents parmi les vivants.
Vives réactions de Dominique : « il écrit ça car il ne voit que par l’image »
Pour arrêter le débat qui s’anime de plus en plus Isabelle propose de regarder le prologue de Sarabande

Philippe  déplore que nous n’ayons pas rebondi sur l’histoire de Françoise
S’ensuit un débat assez vif sur comment s’emparer des matières et ne pas laisser la discussion prendre le pas sur l’action, d’être à l’écoute des interventions sans trop être dans le bavardage, ne pas tomber dans la « consumérisation » de la pensée (Philippe), bref une mise au point sur : laisser la parole circuler sans tourner en rond, sur le rôle difficile du modérateur.
Il ne reste plus assez de temps pour faire un échauffement nous passons donc à la proposition d’Isabelle :
Une table remplie de photos ; inventer une histoire à partir de 4 photos que nous montrons  sauf une.( cf. le premier plan de Sarabande).

Les prochains lundis

26 mars et 2 avril

Les classes ouvertes sont ouvertes à qui veut. Il suffit d’avoir seize ans révolus, d’adhérer à l’association des Amis de (CAP)*(15 € par an) et de s’acquitter d’une participation de 3 € par séances. Les séances ont lieu dans la salle Lissenko des Studios Albatros, 52 rue du Sergent Bobillot à Montreuil (Métro Croix de Chavaux) et durent 3h : de 20h00 à 23h00.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Duconseille - dans CLASSES OUVERTES
commenter cet article

commentaires